Mettre 5/5 à ce "Le Bon numéro petite "comédie" pas très marrante, est sacrément "couillu pis faut l'assumer.
Cependant, certains continuent à entretenir le mythe, pendant quelque temps encore.
Il parait maintenant, quau contraire, la pollution, lindustrialisation, la mécanisation, lurbanisation et lexplosion démographique, ça réchauffe.
Aux rayons N viennent s'ajouter les rayons Ni qui ont des propriétés opposées à celles des rayons N, ce qui permet, en les mélangeant, d'observer tout et son contraire.Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.On aboutit à un "consensus".Simon pariait que les prix de cinq métaux courants (chrome; cuivre, nickel, étain et tungstène) diminueraient dans les 10 années à venir.En novembre 1817, très exactement.Richard Moyle souhaitait sauver les habitants de ces atolls et leur culture musicale.Bref, leurs prévisions, il vaudrait mieux qu'ils les fassent après avoir lu les derniers résultats de la recherche.On dirait, mot pour mot le rapport actuel de Sir Stern ou le film d'Al Gore.C'est alors qu'intervint Robert Wood dont vous connaissez le sens critique aiguisé si vous avez lu la page sur l'effet de serre.Pour démontrer l'inexistence du fameux rayon N, Wood utilisa une simple supercherie : Au cours d'une expérience dans l'obscurité, il subtilisa le prisme en aluminium qui était censé réfracter les rayons dont Blondlot et son assistant observaient les effets.Mais, rassurez vous, elles ont été plus malignes cette fois-ci.Sauf quen 1975, ils prévoyaient un refroidissement catastrophique, qui ne sest évidemment pas produit.
Par contre, quand le temps a passé et que lavenir est devenu tirage loto du 13 aout le présent puis le passé, il est instructif de comparer les prédictions de certains avec ce qui sest réellement produit.
On le sait, faire partie du gotha du petit écran nest pas chose aisée.




Ils ne s'étaient trompés que de 60 environ.Dans dix ans, toute vie animale importante dans la mer aura disparu.Le fait central est quaprès trois quart de siècle de conditions extraordinairement douces, le climat de la terre semble se refroidir.Toujours du même Paul Ehrlich qui est devenu, depuis, un avocat strident de la lutte contre le réchauffement climatique : Dans les années 1970 à 1980, " des centaines de millions de personnes vont bientôt périr lors des désastres dus aux fumées de New York.Les Maldives, les Seychelles, les Caraïbes, les Pays Bas n'ont pas été envahis, pas plus, d'ailleurs que l'île de Takku ( ci-dessus ) dont l'engloutissement définitif était prévu pour 2001.Emmett Tyrrell dansThe American Spectator, September 6, 1992.Un débat scientifique digne de ce nom est devenu impossible.Seulement de nombreuses décennies.Il est vrai que Blondlot était de bonne foi, sans doute victime de son auto-suggestion, ce qui est assez fréquent.Des réunions de crises furent organisées pour prévoir l'évacuation des habitants, la mise en place de digues etc.Entrée Libre, Claire Chazal aurait négocié un salaire mensuel compris entre.000.000 par mois.Toujours très sûr de lui, Paul Ehrlich avait aussi prédit que certains métaux d'usage courant disparaîtraient, à court terme, du fait de l'épuisement des ressources.
Ceci accompagné du commentaire "Et que deviendrait Venise déjà bien menacée?" Nous étions en 1989.
Quand la force de conviction lemporte sur la rigueur, on peut sattendre à des énormités.



A titre exceptionnel, et à la demande de quelques uns de mes lecteurs, j'ai décidé de créer le "Prix Philipulus" que j'attribue, pour l'occasion, au Directeur du bureau de l'Environnement de l'ONU en 1989 (Maurice Strong, peut-être, photo ci-contre à la chaîne Antenne.
Mais on peut se rassurer (un peu) en se disant que ces atolls sont là depuis des centaines ou des milliers d'années, sinon plus encore, et que nul ne sait quand les plaques tectoniques se mettront à bouger.
Alors, goût du sacrifice ou véritable passion pour lart?